Jan 202022
Bon anniversaire Iznogoud !

Eh oui, cela fait désormais 60 ans qu’Iznogoud tente (en vain, hélas pour lui mais pour notre plus grand plaisir) de devenir calife à la place du calife…

Tout a commencé le 15 janvier 1962 dans le numéro 1 de Record. À cette occasion, René Goscinny avait au préalable et dans le cadre de ce contrat, indiqué à Jean Tabary qu’il allait lui envoyer le scénario d’une histoire de détective à New-York. Le dessinateur affutait donc ses crayons et lissait ses pinceaux pour décrire l’atmosphère de Big Apple. Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir alors… une histoire inspirée des 1001 nuits dans laquelle un brave calife du nom d’Haroun el Poussah était confronté aux plans machiavéliques de son vizir pour le remplacer sur le trône (qui ressemble plutôt à un énorme coussin-sofa). Les États-unis avaient donc migré vers Bagdad en quelques jours…

Il faut dire que le personnage du méchant vizir trottait dans la tête du scénariste depuis quelques temps, puisqu’il faisait déjà une courte apparition dans l’histoire « La sieste » du petit Nicolas quelques temps auparavant…

Quand le surveillant du dortoir racontait dans le Petit Nicolas l’histoire d’un méchant vizir qui veut être calife à la place du calife…

Que cela ne tienne, faisant fi du détective new-yorkais, Tabary dessine cette première histoire d’Iznogoud avec brio et elle parait donc dans le premier numéro de Record :

Couverture du N°1 de Record, publié le 15 janvier 1962

Cette première aventure, sous le titre des « Aventures du calife Haroun el Poussah « (un titre générique que Goscinny utilisera d’ailleurs jusqu’à la fin dans ses tapuscrits), met déjà en place tous les personnages : le quiet calife Haroun el Poussah, le vil vizir Iznogoud et le sage homme de main Dilat Laraht.

Première planche de la première histoire d’Iznogoud – Record N°1

Pour la petite histoire, ces planches étaient précédées, sur la page de gauche du magazine, d’une superbe publicité pour la… Simca 1000 ! Eh oui, c’était une toute autre époque :

Pages internes du magazine Record N°1 – 15 janvier 1962.

Notons que cette histoire, sous cette forme originale, n’a jamais été publiée en album « classique », mais que, une fois revue et redessinée par les deux auteurs sous le titre « Incognito », elle sera publiée 10 ans plus tard, dans le numéro 681 de Pilote le 23 novembre 1972 (elle paraîtra ensuite sous cette nouvelle mouture dans l’album « Iznogoud et le tapis magique » – tome 9).

Nouvelle version de l’histoire, sous le titre « Incognito » en 1972 dans Pilote.

Pour le plaisir, égrenons quelques noms d’auteurs présents dans ce numéro 681 de Pilote : Gotlib, Brétécher, Loro, Jijé, Leconte, Alexis, Tardi, Forest, Fred, Greg, Lesueur, Dionnet, etc. Bref, que du menu fretin, quoi ! 🙂 C’est là qu’on voit l’importance de cette revue dans le monde et l’histoire de la bande dessinée française !

Une Histoire de la BD française dans laquelle Iznogoud a bien sûr une place à part ! Bon anniversaire donc au vil vizir et souhaitons-lui de vivre encore des tas d’aventures pour quelques décennies encore !

Et vous savez quoi ? Mon petit doigt me dit que dans le prochain album d’Iznogoud, on reparlera de cet anniversaire… Mais chuuuuttt…. 😉

Page d’introduction de l’album 19 : « L’anniversaire d’Iznogoud » à l’époque aux éditions Tabary, désormais © Imav Éditions (c’est donc chez eux que vous devez envoyer le cadeau, sinon, je transmettrai sans aucun problème, mon formulaire de contact est ici 🙂 )

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.