Mar 132022
Où se situe le village d’Astérix ?

Parlons un peu du village d’Astérix, si vous le voulez bien, et notamment de sa géolocalisation. C’est vrai ça, il est situé où, ce satané village ?? Sortons notre Google Maps et enquêtons…

Un village sans nom

Tout d’abord, sachez qu’il n’a pas de nom ! Ses célèbres fondateurs, René Goscinny et Albert Uderzo, n’ont jamais estimé nécessaire de lui donner un patronyme. Et il en est donc ainsi depuis le début des aventures de nos héros gaulois. Ceci dit, on peut noter qu’il est le plus souvent appelé « village des fous », dénomination péjorative notoirement d’origine romaine, sijenemabus.

D’ailleurs, si les grandes villes portaient un nom du temps de Vercingétorix (donc Lutèce et compagnie), rien ne prouve que de telles bourgades, même peuplées d’irréductibles guerriers nourris au grain et au sanglier, portaient un nom. Bref, historiquement, ça se tient. Et vous, comment l’appeleriez-vous si vous vouliez le baptiser ?

Une fois le sujet du nommage traité, penchons-nous donc sur son emplacement en regardant la célèbre image présente dans tous les albums. Vous connaissez certainement par cœur le célèbre texte en exergue de leurs aventures : « Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ ; toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de légionnaires romains des camps retranchés de Babaorum, Aquarium, Laudanum et Petibonum… »

Un village breton…

Cette image nous donne un premier indice évident : le village se trouve en Bretagne. Ça, il n’a pas fallu 5 heures pour le trouver.

Lors de la création d’Astérix, René Goscinny et Albert Uderzo avaient parlé entre eux de la localisation du village. Goscinny voulait qu’il soit situé près de la mer pour que les héros puissent voyager par bateau si nécessaire. Uderzo, se souvenant de son enfance en Bretagne, l’a donc situé dans cette région. On peut d’ailleurs avancer une troisième raison pour cette origine géographique. En effet, la famille du dessinateur est originaire d’Italie, et plus précisément de Vénétie (les environs de Venise, au nord-est de l’Italie, et notamment du village d’Oderzo, qui donnera son nom à sa famille).

Albert Uderzo sur les terres de ses ancêtres…

Or, les Vénètes, premiers habitants de cette région, ont également colonisé, bien avant l’époque d’Astérix, l’actuelle Bretagne. Une des tribus gauloises qui vivaient en Armorique à cette époque portait donc également, le nom de Vénètes. Ils ont d’ailleurs laissé leur patronyme à la ville de Vannes, dans le Morbihan. Albert Uderzo n’a peut-être fait que retrouver ses racines en situant le village en ces lieux. Il était un peu sur la terre de ses ancêtres, finalement…

Bien, nous sommes donc en Bretagne… Jusque là, tout va bien… Tentons de zoomer un peu plus…

Oui mézou en Bretagne ?

Et c’est là que ça se corse, comme dirait Ocatarinetabelatchitchix… En effet, de nombreuses localités, de Brest à Saint Malo, jusqu’à l’extrême nord de la France (si, si), ont proclamé se trouver à l’emplacement exact du village imaginé par les deux co-créateurs.

Le Cap d’Erquy, dans les Côtes-d’Armor, présente, de son côté, l’argument de ses trois petits îlets ressemblants commme… heu… trois petits îlets à ceux de la carte dessinée au début des albums.

Le Cap d’Erquy et ses 3 îlets. Source : Bretagne Tourisme

Quand on sait que le village d’Erquy est proche d’un lieu dénommé « Le camp de César » où des fouilles archéologiques ont décelé des traces du passage des romains et qu’Albert Uderzo avait coutume de s’y promener enfant, on peut effectivement constater quelques coïncidences troublantes, même si, du strict point de vue géographique, cette localité ne correspond pas à l’emplacement indiqué dans les albums.

En effet, en scrutant minutieusement les cartes proposées dans les albums d’Astérix, on peut situer le village dans un rayon de 50 kilomètres autour de Roscoff, dans le Finistère. Erquy, qui se situe plutôt à 150 kilomètres de cette ville, est donc trop éloignée pour être une hypothèse crédible (désolé pour cette ville où se tient, à ce qu’on m’a dit, un charmant salon de la BD chaque année que le covid veut bien nous laisser)…

Albert Uderzo m’a d’ailleurs raconté une anecdote amusante à ce sujet, que j’avais rapportée dans le livre des 40 ans d’Astérix. Laissons-lui la parole : « En 1996, le Figaro Magazine a eu l’idée de faire un article sur le village d’Erquy et a loué un hélicoptère pour en prendre une photo aérienne. Celle-ci devait me représenter à l’intérieur de l’engin, montrant du doigt le village. J’en ai été quitte pour la frousse de ma vie. Je n’étais pas attaché, mes pieds pendaient dans le vide, il pleuvait et l’eau, après passage obligé à travers les pales de l’appareil, me cinglait le visage. L’hélicoptère, pour couronner le tout, se penchait au maximum pour offrir la meilleure prise de vue possible au photographe. Et celui-ci me demandait, bien entendu, de sourire et d’avoir l’air naturel !
Le métier de dessinateur a parfois des à-côtés douloureux auxquels on ne pense pas forcément lorsque l’on désire démarrer dans la carrière… »

La fameuse photo. Ma foi, c’est vrai qu’il sourit et qu’il a l’air naturel… Chapeau ! 🙂 Source

Alors, finalement ??

Bref, pour résumer tout cela, on ne sait toujours pas où se situe le village d’Astérix et finalement, n’est-ce pas mieux ainsi ? Et Albert Uderzo a toujours été très clair à ce sujet : s’il a choisi la Bretagne, aucun lieu spécifique ou précis n’a été décidé au départ ou ensuite de sa part ou de celle de son ami René. Le village fait donc partie de notre imaginaire collectif, et son emplacement géographique également. Ceci dit, de nombreux fans sillonnent encore la Bretagne à la recherche d’indices potentiels pour en trouver l’emplacement exact. Engagez-vous, rengagez-vous, qu’ils disaient, vous verrez du pays… Ce n’est pas faux…

Finissons cet article avec une petite anecdote amusante : au début des années 90, un article du très sérieux journal anglais « The Independent » fit part d’une extraordinaire nouvelle (l’article original est ici, accessible sur abonnement) : on avait retrouvé le village d’Astérix ! En effet, une équipe archéologique franco-anglaise, conduite par un certain Barry Cunliffe (qui existe vraiment), spécialiste renommé de l’histoire Celtique, avait découvert en Bretagne les vestiges d’un ancien village datant de l’âge de fer. Les ruines étaient tellement bien conservées que l’on pouvait entièrement reconstituer le plan du village. Pas de doute possible : de nombreuses similitudes évidentes le désignaient de façon certaine comme le village d’Astérix !

Le titre de l’article dans The Independent. Pour en savoir plus, c’est ici... 😉

Certaines personnes perspicaces s’aperçurent cependant du canular en regardant leur calendrier ce jour-là : on était le 1er avril 1993 ! Well done, « The Independent » et secouons-nous les mains ! 🙂

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.