Oct 102022
Ma première publication dans Spirou en… 1976

Bien sûr, une grande partie de ma première activité en termes de Bd – avant les années entre 1999 et 2009 – a été sur Astérix, l’un de mes grands héros d’enfance, avec 4 livres autour de son personnage. Mais, tout jeune, j’étais un fan de BD très éclectique. Bien sûr, j’étais un grand fan de Pif Gadget, que je lisais toutes les semaines, mon coutelas d’ivoire de Rahan au flanc et son collier de griffes autour du cou (quelle fierté donc pour moi d’être publié dans ce magazine aujourd’hui !). Je lisais également le journal de Tintin.

Et puis, chaque semaine, je me procurais avec mon argent de poche le magazine Spirou que je lisais avec délectation. Or, à cette époque, il existait une rubrique dans le journal qui se nommait « La cuisine est à vous » (vous en souvenez-vous ?) :

Dans cette rubrique, les lecteurs qui désiraient faire passer un texte ou plus globalement parler de leurs passions avaient carte blanche pour envoyer un article, éventuellement avec des illustrations. Certains étaient ensuite sélectionnés et publiés dans le journal.

En 1976, j’avais donc 15 ans et j’étais passionné par les maquettes plastique, et notamment les personnages, soldats de différentes époques, que j’achetais dans une posture donnée et que je modifiais pour leur donner l’aspect que je désirais. Je m’étais donc dit que ça serait sympa de proposer à ce cher M. Archive (qui gérait la rubrique en question) un petit article sur le sujet.

Et surprise, lorsque le numéro 2020 du 30 décembre 1976 est arrivé : mon article sur « la conversion des figurines plastique » était publié. Quelle joie, quelle fierté ! 🙂

L’article était annoncé par M. Archive dans l’édito de la rubrique selon ces termes (oui, j’habitais à Arles, à l’époque) :

Et bien sûr, l’article en question, que – j’imagine 😉 – vous attendez tous avec ferveur et impatience, se trouvait en page 9 :

J’avais un peu oublié cet article et il m’est revenu à la mémoire il y a quelques mois. Hélas, je n’avais pas gardé le numéro de Spirou en question, disparu dans l’un de mes multiples déménagements… Mais je me souvenais que la couverture montrait les petits hommes, de Seron, et que ça devait bien se situer aux alentours des années 1973 à 1977. La perspicacité des membres de plusieurs groupes Facebook a fait le reste et en quelques heures, ils m’avaient fourni les informations qui me manquaient, ce qui m’a permis de commander à nouveau, en ligne cette fois, ce numéro « madeleine de Proust ».

J’imagine que, comme moi, beaucoup de gens ont ressenti ce même bonheur grâce à cette rubrique de Spirou qui donnait la parole à ses lecteurs. Que de bons moments…

Comme quoi, je pourrai m’enorgueillir auprès de mes petits-enfants, pendant les futures longues soirées d’hiver devant la cheminée, d’avoir été publié très jeune dans Spirou. La classe, quoi… 🙂

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *